« La fraude sociale n’est pas une fraude de pauvres » estime Nathalie Goulet